Comment la COVID a-t-elle changé l’éducation?

Covid change l'éducation

La COVID-19 a eu un impact transformateur sur l’éducation. Elle a révolutionné notre façon de concevoir l’apprentissage. Les écoles publiques autrefois remplies d’élèves sont devenues des villes fantômes et toutes les activités parascolaires ont été suspendues jusqu’à nouvel ordre. Les établissements d’enseignement devaient trouver une solution pour poursuivre l’année scolaire. Le secteur de l’éducation a donc pleinement adopté l’apprentissage à distance.

L’enseignement en ligne s’est avéré être une question controversée puisque certains enseignants et étudiants rejetaient complètement ce moyen de communication, tandis que d’autres ne pouvaient que faire l’éloge du concept d’apprentissage virtuel. Une chose est sûre, cependant, l’apprentissage numérique ne fera que gagner en prédominance dans le futur.

Comment la pandémie refaçonne l’éducation

La pandémie de coronavirus transforme le secteur de l’éducation. Elle a fait plus que déplacer les salles de classe vers l’enseignement en ligne. Elle a mis à l’épreuve des idées fondamentales sur l’enseignement, les examens, la fréquentation, le financement, le rôle de la technologie et les liens humains qui soutiennent le secteur de l’éducation.

Les changements induits par la pandémie de COVID-19 ont amené de nombreux professionnels de l’éducation à penser qu’il est peut-être possible de réimaginer ce que les écoles peuvent être. L’apprentissage en ligne s’est avéré extrêmement efficace pour distribuer les tests standardisés, et il est favorable à l’apprentissage basé sur les compétences.

Par apprentissage basé sur les compétences, nous entendons les systèmes éducatifs d’enseignement, de notation, d’évaluation et de rapports académiques basés sur la démonstration par les étudiants qu’ils ont acquis les compétences et les connaissances qu’ils sont censés acquérir au fur et à mesure de leur formation. 

D’autre part, la pandémie a également exacerbé les inégalités de nature socio-économique (racisme, handicap, revenu, etc.). La pandémie de COVID-19 a soulevé des questions sur la santé mentale, et sur le fait que même les élèves des écoles primaires peuvent être confrontés au stress psychologique

Les écoles publiques dont les systèmes de ventilation sont inadéquats font actuellement pression sur le ministre de l’Éducation, tandis que les enseignants qui ont adopté l’apprentissage virtuel trouvent une multitude de ressources en ligne pour améliorer l’expérience d’apprentissage de leurs élèves.

Comme illustré ci-dessus, c’est un moment plutôt mouvementé pour le secteur de l’éducation. Cependant, les turbulences apportées par la pandémie de coronavirus ont un potentiel formateur. Continuez à lire pour découvrir les différentes façons dont la pandémie a changé le secteur de l’éducation.

Créez des charges de travail équilibrées avec le planificateur scolaire de Studyo

Plus d’attention à la santé mentale des étudiants 

Le changement le plus important que nous ayons constaté est l’attention accrue portée à la santé mentale des élèves. La pandémie de COVID-19 a provoqué des sentiments de solitude, d’aliénation et une augmentation des symptômes de dépression chez les jeunes enfants. Les problèmes de santé mentale des écoliers survivront malheureusement à la pandémie, tout comme les efforts des écoles pour répondre à ce besoin.

Sharon Hoover, professeur à la faculté de médecine de l’université du Maryland et codirectrice du National Center for School Mental Health, s’attend à ce que les écoles embauchent beaucoup plus de personnel et établissent des partenariats avec des prestataires de services de santé mentale. Dans certains systèmes éducatifs, les thérapeutes sont même basés dans les écoles, travaillant avec les étudiants et les familles sur le campus. Il est important de noter qu’étant donné la rareté des professionnels de la santé mentale, 75 % des étudiants qui bénéficient de services de santé mentale les obtiennent à l’école (source).

Accent sur le rattrapage

L’apprentissage numérique exige beaucoup de discipline de la part des élèves. Avant d’envisager l’arrivée de systèmes éducatifs futuristes et de haute technologie, il faut aider des millions d’élèves à rattraper leur retard scolaire et à traiter les traumatismes. De nombreux éducateurs prévoient que ce processus prendra plusieurs années à se mettre en place. Bien que de nombreux étudiants se soient épanouis dans un cadre d’apprentissage à distance, beaucoup d’entre eux ont perdu tout intérêt pour l’école et doivent être incités à y revenir.

On s’attend à ce que les décideurs politiques s’engagent dans un changement à long terme, au-delà de l’approche de « pansement » appliquée au fil des ans à un système qui s’effrite. Même le gain le plus évident de la pandémie de coronavirus – un accès accru à la technologie pour les étudiants – sera inefficace en l’absence d’améliorations structurelles et infrastructurelles.

Meilleur usage de la technologie par les enseignants

Les enseignants ont reconnu l’importance d’utiliser la technologie en classe pour enseigner plus efficacement et s’engager auprès de leurs élèves. Ils ont fait un meilleur usage des ressources pédagogiques en ligne telles que les vidéos, les podcasts, les blogues et les plateformes de médias sociaux comme Twitter et Facebook. Cela les a aidés à se tenir au courant des nouveaux développements dans leur domaine.

Comment inciter les enseignants à utiliser la technologie?

Apprentissage personnalisé 

Les cours préenregistrés offrent aux étudiants la possibilité d’apprendre à leur propre rythme et rendent possible l’apprentissage personnalisé. Par exemple, la grande majorité des adolescents ont besoin de plus de sommeil en raison des changements physiologiques qui se produisent à cet âge formateur. La possibilité de faire la grasse matinée et de commencer une fois que le corps est complètement reposé est plus optimale que de se réveiller à 6 heures du matin pour se préparer à aller à l’école.

L’apprentissage numérique apprend implicitement aux élèves à mieux gérer leur temps. Bien que se réveiller plus tard soit autorisé dans certaines écoles virtuelles, ce n’est pas toujours la meilleure option si l’on tient compte des devoirs, des activités extrascolaires et des autres responsabilités. Cela explique l’ascension fulgurante et l’adaptation des systèmes de gestion de l’apprentissage (SGA) et des agendas numériques.

Les enseignants peuvent corriger plus rapidement

Avec l’essor des SGA, qui sont des applications logicielles pour l’administration, la documentation, l’établissement de rapports, l’automatisation et la diffusion de cours éducatifs, les enseignants peuvent accélérer leurs corrections et passer plus de temps à préparer leurs cours. Cela ne signifie pas que les enseignants ne fournissent plus de commentaires personnalisés, bien au contraire. Les enseignants peuvent automatiser les réponses en cas d’erreurs afin que les élèves puissent apprendre de leurs erreurs.

Comment faire ses devoirs rapidement

Amélioration de la communication avec les enseignants

Il y a dix ans, la communication entre la salle de classe et la maison se faisait sur de petits bouts de papier, les élèves jouant le rôle de messagers. La pandémie de COVID-19 a officiellement mis fin à cette pratique. Les plateformes éducatives telles que Google Classroom ont considérablement facilité la correspondance entre les enseignants et les parents/tuteurs.

Enseignement hybride

Le concept de l’enseignement hybride est assez révolutionnaire pour le secteur de l’éducation. Pendant des années, les écoles publiques ont déclaré qu’il y avait trop d’élèves dans les salles de classe pour qu’elles puissent offrir une expérience d’apprentissage personnalisée. Maintenant que l’apprentissage à distance a fait ses preuves, l’alternance entre le temps de classe et l’enseignement en ligne est plus possible que jamais.

On peut même se demander si les tempêtes de neige ne seront plus synonymes de « pas d’école aujourd’hui », puisqu’il est assez facile pour les enseignants de se tourner vers leur ordinateur et de communiquer avec leurs élèves par voie numérique avec une charge de devoirs et de leçons.

Apprentissage post-pandémie

Une plus grande reconnaissance du secteur de l’éducation 

La société n’a pas pleinement réalisé l’importance des écoles privées et publiques avant leur fermeture en mars 2020. En plus de l’enrichissement et de la stimulation intellectuelle qu’elles procurent aux élèves, les écoles maternelles et primaires ont démontré à quel point elles sont vitales dans l’écosystème de la garde d’enfants. Les parents, en particulier les mères, ont rapidement été empêchés de participer à leurs occupations professionnelles, car les écoles et leurs différents programmes ont été mis sur pause.

Les écoles offrent à des millions d’élèves le déjeuner et le dîner, et de nombreuses écoles proposent également des services essentiels en santé mentale, en soins médicaux et dentaires, et identifient les cas de maltraitance des enfants. Lorsque les écoles ont fermé en raison de la pandémie de coronavirus, il en a été de même pour un vaste système de soutien aux enfants et à leurs familles.

Réduction des coûts

Les cours en ligne ont également contribué à réduire les coûts en éliminant le besoin de salles de classe physiques, de professeurs, de manuels, etc. Les universités peuvent économiser sur l’entretien des bâtiments, la réparation des équipements, etc., et répercuter ces économies sur les étudiants en proposant des frais de scolarité plus abordables. Cela augmente également l’accessibilité pour les étudiants qui, autrement, ne pourraient pas se permettre l’enseignement supérieur en raison de contraintes financières.

Ressources technologiques éducatives

Dans un Canada post-pandémique, chaque élève a besoin d’une connexion Internet fiable. Il y a tout simplement trop de bonnes choses qui se passent aujourd’hui dans l’environnement d’apprentissage numérique pour que les élèves en soient privés. Les agendas numériques, par exemple, optimisent la gestion du temps et l’autonomie des élèves. 

Les élèves réussissent lorsqu’ils ont une voie claire et c’est exactement ce que leur offrent les agendas numériques. Grâce à des fonctionnalités telles que le suivi des progrès, les mises en page personnalisables et la répartition des tâches étape par étape, Studyo permet aux étudiants de mieux s’organiser et de planifier leurs travaux scolaires.

Même lorsque l’école redeviendra entièrement présentielle, l’apprentissage numérique permettra aux étudiants de former facilement des groupes d’étude et de faire leurs devoirs ensemble, de participer à des projets d’art numérique ou de codage, ou de s’exercer aux soins aux patients dans un hôpital simulé.

L’environnement scolaire virtuel que la pandémie de coronavirus a apporté au secteur de l’éducation peut certainement être considéré comme un changement de paradigme. Il est également important de noter que la plupart des élèves apprennent mieux en personne lorsqu’ils sont dirigés par un enseignant, entourés de camarades de classe et d’activités. Il n’en reste pas moins que beaucoup d’éléments positifs sont sortis de la position inconfortable que la pandémie de COVID-19 a imposée au secteur de l’éducation.

Le meilleur agenda numérique

Laisser un commentaire